Infirmier Forumzen


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les Psychoses Puerpérales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Manolo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 718
Age : 37
Emploi : Infirmier de Nuit en Cardiologie
Date d'inscription : 08/02/2006

MessageSujet: Les Psychoses Puerpérales   Sam 4 Nov - 13:28

Troubles Psychiques durant la grossesse


A) Généralités

La grossesse joue un rôle protecteur par rapport aux troubles psychiatriques majeurs (accès mélancolique, accès maniaque, les poussées aiguës de schizophrénie). Cela permet souvent de diminuer les doses de neuroleptiques. Sur les états névrotiques, il y a très peu d'amélioration pendant la grossesse, voire même des aggravations. Les grossesses qui s'accompagnent de troubles psychiques donnent des difficultés obstétricales plus fréquentes et plus importantes que les autres.

B) Modifications mineures ou transitoires

Elles sont fréquentes avec des périodes d'irritations, de tristesse, de vague à l'âme, de labilité émotionnelle (sauts d'humeur), des moments d'inquiétude liés à la peur d'avoir un enfant anormal, un enfant mort né, la peur d'être incompétent et enfin, une anxiété surtout au premier trimestre de la grossesse qui va diminuer avec le temps.

C) Etats dépressifs de la grossesse

Ils sont évocables dans 10 % des grossesses.

D) Dépression névrotique

Ce sont les plus fréquentes, il s'agit le plus souvent de la décompensation d'une névrose préexistante.

* Facteurs favorisants:

- Age relativement bas.
- Antécédents d'I.V.G.
- Ambivalence vis à vis de la grossesse.
- Environnement défavorable.
- Couple instable.
- Surtout dans les premiers mois de la grossesse, d'une durée brève.


* Manifestation clinique:

- asthénie
- dysphorie.
- crises de larmes.
- sentiment d'incapacité, de dépréciation.
- quête affective.
- inquiétudes sur son état de santé et sur celui du bébé.
- Troubles du sommeil.


E) Dépression endogène ou mélancolique

Elles sont beaucoup plus rare pendant la grossesse et surviennent surtout dans la deuxième moitié de la grossesse. Elle peut prendre un aspect confusionnel ou délirant et peut se poursuivre après l'accouchement.

F)Traitement

Pour les états anxieux ou les dépressions névrotiques, un soutien psychothérapique suffit. Il faut essayer de ne pas donner de médicament. Le traitement de choix est la sismothérapie (quand il faut traiter).


Le Blues Post-partum


Il s'observe chez 50 % des femmes qui viennent d'accoucher et ne sont pas remarquées dans la plupart des cas par l'entourage

A) Signes cliniques

- asthénie.
- plaintes somatiques.
- crises de larmes répétitives.
- ruminations permanentes au sujet du nouveau-né.
- Humeur instable
(de la tristesse jusqu'à la jubilation).
- Grande sensibilité, susceptibilité, irritabilité.
- Se plaint souvent d'être délaissée.
- Parfois de petits troubles de la mémoire
.

B) Evolution

Cela peut durer quelques jours, parfois une seule journée. La disparition s'effectue d'autant plus rapidement si les proches sont chaleureux. Dans moins de 10% des cas, cela persiste plus d'une semaine et peut évoluer vers une dépression du post-partum.

C) Physiopathologie

Due à une chute brutale des œstrogènes et de la progestérone, cela va entraîner des perturbations au niveau du métabolisme des neurones.

D) Psychogenèse

La jeune mère va s'identifier à sa propre mère (à sa naissance) ce qui va réactualiser les conflits de l'enfance. Elle imagine toujours qu'elle va avoir un enfant idéal (deuil de l'enfant idéal).

E) Traitement

Entourer la jeune mère, lui donner confiance, la rassurer. Si le post-partum blues est très intense ou persiste pendant plus d'un mois, il faut aller consulter.



Les Psychoses du post-partum blues


Psychoses délirantes aiguës ou BDA

A) Signes cliniques

- début brutal.
- survient généralement dans les trois premières semaines du post-partum avec un pic de fréquence au 10eme jour.
- cela peut être précédé par des crises de larmes, des ruminations anxieuses, une agitation nocturne.
- très grande variabilité des symptômes.
- troubles de la vigilance.
- la réalité est mal perçue, parfois considérée comme inquiétante.
- impression de dépersonnalisation.
- humeur instable, avec des moments de désespoir et d'irritation.
- thèmes délirants liés à la naissance et à l'enfant.
- sentiment de non-existence de l'enfant.
- conviction que le véritable enfant a été remplacé par un autre.
- conviction que l'enfant a changé de sexe.
- crainte injustifiée de la mort prochaine de l'enfant.
- délire d'envoûtement, de possession.
- aggresion possible de la mère envers l'enfant (toujours craindre un infanticide très soudain).
- craindre un geste suicidaire de la mère.


B) Traitement

- Neuroleptiques après l'accouchement.
- Sismothérapie si ça résiste aux neuroleptiques.
- Rechute à court terme très fréquent.

Accès maniaques

Très fréquents dans le post-partum.

A) Signes cliniques

- Début très brutal.
- Survient presque toujours après deux semaines après l'accouchement.
- Principalement des manies délirantes
(agitation intense, hallucinations nombreuses, idées de toute puissance, missions divines, thèmes d'influence, thèmes érotomaniaque et persécution).
- Il y a souvent des états mixtes (éléments maniaques et éléments dépressifs).

Accès dépressifs

Ils sont fréquents et représentent 40% des hospitalisations en psychiatrie dans les 3 mois qui suivent l'accouchement.

A) Signes cliniques

- Fréquence d'éléments stuporeux.
- Eléments délirants.
- Eléments confusionnels.
- Anxiété liée à l'enfant.
- La personne se sent incapable de se soigner
- Elle pense qu'elle va mourir
- Il existe parfois des pulsions meurtrières envers elle-même ou le bébé.
- Parfois la dépression est moins dramatique, d'allure hypochondriaque avec une asthénie, un amaigrissement
.

B) Traitement

Il y a souvent une résistance aux antidépresseurs, Le traitement de choix est la sismothérapie.

Etats schizophréniques

Ils sont caractérisés par une dissociation avec parfois des éléments délirants qui peut démarrer très tôt après l'accouchement ou de façon insidieuse avec un comportement bizarre, un désintérêt pour l'enfant.

Il existe souvent des états similaires dans le passé où la personne est schizoïde à la base, mais l'accouchement a décompensé une schizophrénie. Cela entraine une incapacité d'assumer le rôle de mère due à un comportement lié à des états délirants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://infirmier.forumzen.com
 
Les Psychoses Puerpérales
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Questions générales fac (langues, sport ...)
» [ESEN] Rapport annuel des inspections générales 2009
» Questions générales aux Témoins de Jéhovah, Catholiques, Adventistes du Septième Jour, Baptistes, Pentecôtistes, et autres.
» Se repentir
» Questions générales

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infirmier Forumzen :: Modules Divers :: Psychiatrie :: Les Psychoses-
Sauter vers: