Infirmier Forumzen


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Réponses Eval n°1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Manolo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 718
Age : 36
Emploi : Infirmier de Nuit en Cardiologie
Date d'inscription : 08/02/2006

MessageSujet: Réponses Eval n°1   Mar 8 Mai - 14:38

1.) Dans quelle attitude se trouve un patient qui présente un syndrome pyramidal dû à une sclérose en plaque très évoluée ? Quelles en sont les conséquences fonctionnelles ?

Réponse :
Attitudes viscieuses, rétractions (schéma en triple flexion, adduction).
Conséquences : station au fauteuil, installation au lit et nursing difficiles, lésions de macérations des plis, risque d'escarres accru.

2.) Quels sont les moyens disponibles pour traiter la spasticité de la sclérose en plaque ?

Réponse :
Médicaments antispastiques (Liorésal®, Dantrium®), toxine botulique, liorésal intrathécal, chirurgie.

3.) Reportez sur votre copie la ou les lettre(s) correspondant à la ou aux réponse(s) exacte(s). Quels sont les signes faisant partie du tableau de la sclérose latérale amyotrophique ?

A. Atrophie musculaire
B. Troubles sensitifs
C. Vivacité des réflexes
D. Epilepsie
E. Tremblement parkinsonien.

Réponse :
A,C.

4.) Que faites-vous devant un patient présentant une crise comitiale généralisée ?

Réponse :
Eviter les blessures lors de la chute. Libérer les voies aériennes.
Valium® ou Rivotril® si la crise ne cède pas rapidement. Recherche systématique d'une hypoglycémie.

5.) Qu'est ce qu'un état de mal épileptique ?

Réponse :
Crises prolongées ou subintrantes pendant plus de 30 minutes.

6.) Citez les 2 types principaux d'Accidents Vasculaires Cérébraux ; indiquez pour chacun d'eux leur fréquence relative par rapport à l'ensemble des AVC et citez 2 principales complications pouvant mettre en jeu le pronostic vital de manière la plus fréquente chez le tétraplégique.

Réponse :
AVC Ischémique : 80 %
AVC hémorragique : 20 %
Insuffisance respiratoire aiguë ou infection respiratoire ou atélectasie ou embolie pulmonaire ou scepticémie à point de départ urinaire.

7.) Définissez le syndrome d'apnée du sommeil et citez 4 risques liés à l'évolution des apnées du sommeil

Réponse :
Nombre d'apnée / hypopnée > 10/heures associée à une somnolence diurne.
HTA, Troubles du rythme cardiaque, Infarctus du myocarde, Accidents vasculaires cérébraux, Mort subite, Accidents de la voie publique.

8.) Reportez sur votre copie la ou les lettres correspondant à la ou aux réponse(s) exacte(s) :
A. L'angiographie a de plus en plus de place dans la gamme diagnostique des examens
radiologiques.
B. L'IRM est un examen qui utilise le principe de champ magnétique.
C. Le scanner est moins adapté que l'IRM en cas de pathologie traumatique osseuse.
D. On fait souvent une radiographie pour étudier l'encéphale.
E. Le Pace Maker et la pose récente de stents ne sont pas des contre indications à l'IRM.

Réponse :
B.

9.) Après le prélèvement de liquide céphalo-rachidien (LCR), un syndrome peut se déclarer, quel est-il ? Comment installez-vous le patient pour limiter ce syndrome ?

Réponse :
Syndrome post-ponction lombaire.
Patient en décubitus strict pendant 12 heures, repos au lit pendant 24 heures. A plat sans oreiller pendant au moins 2 heures pour éviter les fuites de LCR. Parfois une heure de décubitus ventral.

10.) Définissez les termes suivants : Echolalie Contracture Paresthésie Agnosie

Réponse :
Echolalie : Tendance pathologique à répéter les mots ou phrases, aussitôt après les avoir entendus.

Contracture : Contraction permanente pathologique d'un membre.

Paresthésie : Sensation anormale non douloureuse (picotements, fourmillements).

Agnosie : Trouble de la reconnaissance des objets ou des visages, en l'absence de trouble visuel, dû à une lésion du cortex cérébral.

11.) Décrivez les principaux mécanismes de l'hydrocéphalie et enumérez les principaux hématomes intra-crâniens.

Réponse :
hydrocéphalie obstructive (ou non communicante) ou par obstacle
hydrocéphalie communicante (ou non obstructive) par trouble de la résorption du liquide céphalo rachidien
hématome extra-dural, hématome sous-dural, hématome sous-dural chronique et hémotome intra-cérébral

12.) Décrivez le trajet d'une sciatique L5 et quelles sont les indications chirurgicales en matière de sciatique ?

Réponse :
région lombaire — fesse — face postérieure de cuisse - face latérale de jambe — dos du pied — gros orteil
résistance au traitement médical, paralysante, syndrome de la queue de cheval ou syndrome avec troubles sphinctériens

13.) Citez les 3 éléments sur lesquels va porter la surveillance neurologique d'un traumatisé crânien.

Réponse :
La surveillance neurologique va porter sur : la réponse verbale la motricité l'ouverture des yeux (réflexes photomoteurs, diamètre des pupilles).

14.) Classez les activités infirmières suivantes par rôle en indiquant le numéro de l'article du décret du 11 février 2002 relatif aux actes professionnels : (Répondez en utilisant la lettre correspondant à l'activité).
A. Prévention des attitudes vicieuses
B. Participation à la correction de l'hyperthermie et hypothermie
C. Aide et soutien psychologique
D. Extraction de fécalome
E. Exonération
F. Hétéro-sondage.

Réponse :
Activités relevant du rôle propre (art. 5) : A, C, E, F. Activités sur prescription médicale (art. 6) : B, D.

15.) La personne en-situation de handicap est « stigmatisée » dans nos sociétés. Argumentez 3 raisons qui expliquent cette stigmatisation.

Réponse :
Dans chaque société, le corps humain doit avoir une certaine forme, une certaine plastique, une esthétique valorisée. En occident, le corps des hommes et des femmes d'aujourd'hui doit être mince et musclé. Pour avoir un beau corps, il est nécessaire défaire de l'exercice, subir des régimes, bronzer. Avoir un corps correspondant aux canons de beauté est devenu presque un impératif moral. Or, le corps de la personne handicapée ne correspond pas, parfois, à ce modèle esthétique.
Etre droit, se tenir droit, est synonyme dans notre culture d'une droiture morale (honnêteté) ; la personne paraplégique par exemple est rejetée vers l'immoralité, voire l'animalité.
Quelle que soit l'image que la personne handicapée a d'elle-même, la société lui attribue une image négative, dévalorisée.

Cette image peut être due à la conviction que l'individu est, d'une certaine manière, responsable de ses malheurs.
Cette image peut être due à l'impossibilité pour cette personne de correspondre à nos normes culturelles d'efficacité, de dynamisme, d'autonomie...
Le fait d'avoir une infirmité conditionne, obligatoirement, votre rôle et votre statut, non seulement ceux que vous pouvez assumer, en fonction de la gravité de
votre handicap, mais aussi ceux qu'on vous attribue, d'office, en tant que personne handicapée. Vous n'êtes jamais mère et aveugle : vous êtes d'abord aveugle, et ensuite mère.
L'attitude qui consiste à détourner les yeux d'un infirme et à établir une distance physique est extrêmement fréquente. Lorsque le contact est inévitable, l'attitude la plus fréquente est de traiter l'invalide comme un mineur ou un demeuré (agir à sa place, parler lentement et/ou uniquement à la personne qui accompagne l'invalide, etc...). Dans ses relations avec les « valides », la personne en situation de handicap a toujours l'impression de devoir prouver constamment ses capacités. En même temps, il lui faut présenter aux autres une image rassurante de son état : c'est le prix à payer pour avoir des relations normales. Ainsi, elle ne peut présenter ni peur, ni peine, ni dépression, car cela dérangerait les personnes valides et les éloignerait encore plus.
- Même inconsciemment, les valides, en aidant les personnes handicapées (et même souvent en devançant leurs besoins ou en faisant les choses à leur place), placent ceux-ci en situation de dette perpétuelle, de complète domination, d'assujettissement. Ce qui alimente la frustration, la gêne, mais aussi la colère que ressent une grande majorité de handicapés.

16.) En vous appuyant sur vos connaissances en anatomie et physiologie, expliquez précisément pourquoi un traumatisme au niveau du bulbe rachidien peut être mortel.

Réponse :
Une lésion au niveau du bulbe rachidien peut être mortelle car c'est à ce niveau que se trouvent les centres de commande de fonctions vitales :
- le centre cardiaque
- le centre respiratoire
- le centre vasomoteur
- les centres de la déglutition, éternuement, toux...

17.) Citez de l'extérieur vers l'intérieur, le nom des méninges et indiquez précisément à quel niveau circule le liquide céphalo-rachidien.

Réponse :
La dure mère, l'archanoïde, la pie-mère
Le LCR circule dans l'espace sous arachnoïdien situé entre l'arachnoïde et la pie- mère.

18.) Que surveillez vous chez un patient fébrile sous salicylés ?

Réponse :
- Température corporelle
- Apparition de saignement
- Apparition de trouble digestif (saignement, douleur).

19.) Quel est l'effet secondaire principal d'un myorelaxant ?

Réponse :
sédation.

20.) Enumérez 3 effets indésirables graves liés à la prise de certains anti-épileptiques et, pour chacun d'entre eux, indiquez l'examen biologique qui permet de le dépister.

Réponse :
Effets indésirables
Examen biologique

Agranulocytose
NFS

Anémie
NFS

Insuffisance hépatique
Transaminases

21.) affraid Cas Clinique

Vous êtes en stage dans un service de médecine physique et de réadaptation et avez la responsabilité des soins de Mr EMOR 22 ans, tétraplégique C8. Il est porteur d'une canule de trachéotomie et vous lui faites des hétéro sondages.

Quels sont les risques encourus par ce patient si on tarde à effectuer des hétéro- sondages ?

Réponse :
risque de fuites par regorgement
risque de reflux rein vessie
risque d'infection urinaire par stase des urines
risque d'éclatement de vessie
risque de calcul urinaire dans la vessie.

22.) Mr GERARD est un patient paraplégique. Il revient d'une permission thérapeutique chez lui avec une rougeur à l'ischion gauche.

a) Quelle est la conduite à tenir auprès de ce patient ?
b) Quels sont les conseils que vous lui donnez pour éviter la récidive de cette escarre ?

Réponse a:
Vérifier le stade de l'escarre : stade I si la rougeur ne disparaît pas à l'appui. Plus de mise au fauteuil tant qu'il y a la rougeur.
Réponse b:
Changement de posture régulier au fauteuil.
Le matin et le soir regarder les points d'appui avec un miroir
Eviter des pantalons à toile dure genre Jean ou avec des coutures au niveau des points d'appui.
Bien vérifier avant la mise au fauteuil qu'il n'y a pas d'objet sur le coussin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://infirmier.forumzen.com
 
Réponses Eval n°1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeu des questions-réponses
» Questions / réponses !!
» Le Druidisme aujourd'hui ... quelles sont vos réponses ?
» Traitement des non réponses
» les réponses aux questions de maths

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infirmier Forumzen :: Evaluations :: Neurologie-
Sauter vers: