Infirmier Forumzen


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Eval n°2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Manolo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 718
Age : 36
Emploi : Infirmier de Nuit en Cardiologie
Date d'inscription : 08/02/2006

MessageSujet: Eval n°2   Mar 21 Aoû - 12:39

affraid Cas Clinique:

M.L., 22 ans, est admis le 14 janvier 2000 en hospitalisation à la demande d'un tiers dans le service de psychiatrie. C'est sa 2ème hospitalisation dans ce service. Il présente une schizophrénie paranoïde évoluant depuis l'adolescence.


Il a été interpellé par les forces de l'ordre pour agitation motrice, épisode délirant : il errait dans la rue à la recherche d'une jeune femme qu'il a côtoyée au lycée et « qui est », dit-il «la solution à tous ses problèmes, qui l'attend et qui lui est "promise" ».

Eléments de la biographie
M.L. a suivi une scolarité très moyenne jusqu'au lycée et n'a aucune qualification professionnelle. Il est à ce jour en invalidité et perçoit l' Allocation pour Adulte Handicapé (A.A.H). Il est célibataire, fils unique et vit chez ses parents. Ceux-ci ont un comportement très protecteur .

Ils évoquent une culpabilité vis à vis des troubles de leur fils, du fait d'une histoire familiale difficile pour chacun d'eux.
Le père, très angoissé, a une relation très fusionnelle avec son fils.
La mère, plus réservée, s'exprime plus difficilement.


M.L. s'adonne à la consommation de Cannabis et de tabac de manière régulière depuis l'âge de 16 ans.

Antécédents psychiatriques
Les premiers troubles sont apparus en 1995, à type de délire de nature persécutive centré sur une voisine de palier dont il entendait la voix quasiment en permanence. Il est pris en charge en hôpital de jour et un traitement est institué. Son état mental se dégrade en 1998. Il se sent persécuté par ses parents et se cloître dans sa chambre.
La prise du traitement est irrégulière. Il arrête le suivi en hôpital de jour .
Il se livre à un geste agressif envers sa voisine suivi d'une tentative de suicide médicamenteuse nécessitant une hospitalisation en réanimation.
A sa sortie, les parents refusent l'hospitalisation en psychiatrie.
Pour eux, il ne présente pas de pathologie psychiatrique mais un problème de toxicomanie.


En septembre 1999, une Hospitalisation à la Demande d'un Tiers (H.D.T) est décidée à la demande du père car M.L. reste enfermé des journées entières dans sa chambre dans le noir, regarde des films d 'horreur jour et nuit, refuse de s'alimenter et présente un comportement agressif et violent vis à vis des parents.


Durant l 'hospitalisation le contact est difficile, il ne reconnaît pas sa maladie. Il fugue en octobre 1999, à l'occasion d'une permission de 3 heures, il retourne au domicile parental; il interrompt son traitement psychiatrique.


A son arrivée, le 14 janvier 2000, il présente :
-une grande anxiété
-une agitation motrice: il occupe l'espace tant physiquement que verbalement
-une grande dissociation avec ambivalence
-une stéréotypie motrice
-un maniérisme verbal


Il exprime un délire de type érotomaniaque. Très agressif, il accepte difficilement tout contact, en particulier avec les membres féminins de l'équipe soignante.


Un isolement thérapeutique et un traitement injectable en IM à base de neuroleptiques (Haldol, Tercian) sont prescrits.

Le bilan sanguin suivant est demandé :
.Numération Formule Sanguine
.Bilan électrolytique sanguin
.ASAT-ALAT-GammaGT
.Glycémie à jeun


Les jours suivants, l'agressivité persiste; il jette ses aliments sur les murs quand il est mécontent.

Il manifeste une toute puissance alternant avec des épisodes persécutifs. Il se replie dans sa chambre d'isolement et semble vouloir faire respecter son espace vital.
Il se montre très sensible à toute intrusion.
Sous l'influence de probables hallucinations acoustico-verbales, il soliloque et déambule.


Le 19 janvier 2000, le traitement injectable est modifié de la manière suivante :
Haldol 2°/00 (Neuroleptique) : 150 gouttes à 8 heures -12 heures -20 heures

Tercian 4% (Neuroleptique) : 100 gouttes à 8 heures -12 heures -16 heures -20 heures

Rivotril (potentialise l'action des neuroleptiques) : 10 gouttes à 8 heures- 12 heures
20 gouttes à 16 heures -20 heures

Lepticur (antiparkinsonien) : 1 comprimé à 8 heures et 20 heures

Noriel (Hypnotique) : 1 comprimé à 22 heures

Si insomnie Théralène (Hypnotique) : 50 gouttes à 22 heures

Si agitation Loxapac (Neuroleptique) : 250 mg en IM.

Si dyskinésie aiguë Lepticur : 1 ampoule IM.

Si hypotension orthostatique (pression artérielle systolique inférieure ou égale à 100 mm de Hg) donner : Hept-a-myl (Analeptique cardio-vasculaire) : 30 gouttes toutes les 8 heures

Poursuite de l'isolement thérapeutique avec autorisation de sortie sous surveillance 1/2 heure le matin.


Les transmissions infirmières réalisées ce jour, mettent en évidence les éléments suivants :

Citation :
A 8 heures
-au moment du petit déjeuner, lors de l'administration des médicaments M.L. se montre opposant et manipulateur
-la pression artérielle à 90/50mm de Hg justifie l'administration de 30 gouttes d' Hept-a-myl
-la température est à 37°2 C
-lors de l'accès à la partie commune du service, le contact avec les autres patients devient rapidement conflictuel et angoissant

Citation :
A 12 heures 30
Il renverse son plateau, donne des coups dans la porte, il parle seul et semble très halluciné.
Il prend son traitement.


Citation :
A 16 heures 30
Lors de la distribution du goûter et des médicaments : il réclame 5 cigarettes et face au refus des infirmières, il se montre très virulent, ce qui nécessite de faire appel à un renfort masculin.

Citation :
A 20 heures
La prise du traitement donne l'occasion à M.L. d'insulter une nouvelle fois l'équipe soignante.


1.) Relevez dans le texte en les regroupant les éléments caractérisant une schizophrénie paranoïde.


2.) En regard des prescriptions médicales soulignées dans le texte, explicitez l'intérêt et la surveillance pour chacune d' entre elles.

3.) Donnez la définition des termes suivants :
-Stéréotypie motrice
-Délire érotomaniaque
-Hallucination
-Toxicomanie

4.) Calculez:
- Le Tercian 4% est conditionné en flacon de 30 ml pour 1200 gouttes.
Quelle est la dose de Tercian ( en mg) administrée quotidiennement à Monsieur L ?
- Le Loxapac se présente en ampoule de 2 ml contenant 50 mg de produit actif.
Quel volume injecterez-vous à Monsieur L. si agitation ?

5.) Citez les résultats normaux des examens biologiques suivants :
-Natrémie
-Kaliémie
-Glycémie
-Numération sanguine -Plaquettes

6.) Monsieur L. est hospitalisé à la demande d'un tiers (HDT)
a) Citez la date et l'objet de la loi qui définit les conditions d'hospitalisation en
psychiatrie ?
b) Citez les 3 documents nécessaires à l'admission en H.D.T. ?

7.) Citez l'organisme qui décide de l'attribution de l'Allocation Adulte Handicapé et ses principales missions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://infirmier.forumzen.com
 
Eval n°2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eval Ulysse L'outre d'Eole ?
» Eval poésie 6ème
» Eval expansions du nom 5ème
» eval sur fantastique
» Evaluation sur le discours explicatif (4ème)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infirmier Forumzen :: Evaluations :: Psychiatrie-
Sauter vers: