Infirmier Forumzen


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 TEFE & Soutenance en Ligne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Manolo
Admin
Admin


Nombre de messages : 718
Age : 36
Emploi : Infirmier de Nuit en Cardiologie
Date d'inscription : 08/02/2006

MessageSujet: TEFE & Soutenance en Ligne   Lun 28 Avr - 11:34

Pour mon TEFE vous pouvez le trouvez en livre sur Amazon.fr suivez le lien à la fin de ma soutenance Wink





Soutenance Diplôme d’Etat


Citation :
La place des émotions de
l’infirmier(e) lors de l’accompagnement au
patient mourant



Citation :
Plan



Introduction de la soutenance et rappel de la question de départ


Synthèse


Analyse et critique du travail

 les points positifs

 les points négatifs

 autres apports


Cheminement de la démarche

 les difficultés rencontrées

 les aides rencontrées


Ouverture et positionnement professionnel


Erratum

Citation :
Soutenance

I - Introduction de la soutenance, motivation et rappel de la question de départ

Je me suis demandé pourquoi j’avais choisi ce thème qui est la place des émotions de l’infirmier lors de l’accompagnement au patient mourant. Ma réflexion, m’a conduit a remonter dans le temps. Lors de mon vécu personnel, j’ai été confronté à la mort plusieurs fois, oncles, grands-parents, frère et sœur. Mais il est vrai que celle-ci survenait brusquement. Avant de commencer la formation d’infirmier, j’ai eu l’occasion d’accompagner durant 2 semaines une infirmière libérale. Mais lors de cet accompagnement, une personne était atteinte d’un cancer de l’estomac en phase terminale. C’est là ma première rencontre concrète avec la mort. Face à cette patiente, je me suis senti démuni face aux comportement d’anxiété, de peur, cette régression qui aboutie à une dépendance totale du patient envers le soignant pour les soins d’hygiène, de confort ; phénomènes nouveaux pour moi. De plus, c’était la première fois que je me positionnais comme soignant. J’ai donc par la suite demandé conseil à l’infirmière sur la façon dont elle gérait son ressenti, ses émotions ; la façon dont elle devait accompagner les personnes mourantes. Il est vrai que ces réponses ont étés brèves mais à cette époque, je n’ai pas cherché plus d’informations. En 2ème année de formation, j’ai pu accompagner Mme L. jusqu’au bout incluant le soin mortuaire. C’est à ce moment là, que j’ai pris conscience que la mort était présente car jusqu’alors, elle restait pour moi irréelle. De plus, cette mort m’a touchée, je me suis senti blessé du fait d’avoir trop investi ma relation avec cette patiente. C’est pourquoi il m’a parut nécessaire d’effectuer ce travail écrit de fin d’étude sur la place des émotions du soignant lors de l’accompagnement du patient vers sa mort. Mon questionnement a été alors : En quoi la place des émotions de l’infirmier influence-elle la prise en charge lors de l’accompagnement des patients mourants ? Pour mener ce travail, j’ai tout d’abord due me référer aux mots clefs qui constituent ma question de départ. J’ai bien sûr due me documenter sur ce qu’ils signifiait pour mieux comprendre la prise en charge de ce type de patients afin de pourvoir adopter une attitude empathique. Tout ce cheminement, m’a permis d’aboutir à ma problématique : « En quoi l’expérience professionnelle nous permet-elle de maîtriser nos émotions et de réaliser un accompagnement de qualité ? »


II - Analyse et critique du travail

 Les points positifs

La situation est claire et le questionnement qui en découle est logique, Tout le long de mes apports théoriques, je fais le lien avec ma situation et me remet en question. Les points essentiels de ce qu’est une émotion; la mort et l’accompagnement sont abordés. Lors du développement de ce travail écrit, j’ai inclus les citations que j’ai pu recueillir lors de mes recherches ou de mes entretiens au fur et à mesure, ce qui me parait plus constructif pour étayer mon sujet. Ces citations, me sembles appropriées pour appuyer les idées que j’ai voulu développer et celles-ci permettent de les renforcer.



 Les points négatifs

Travail dense et concentré du à la richesse du sujet et la limitation du nombre de
pages ; Les fautes d’orthographes et de style sont présentes c’est pourquoi je vous ai remis un erratum. Après relecture de mon travail, je me trouve trop critique à l’égard de l’infirmière ; Je ne voulais absolument pas l’accuser d’une mauvaise prise en charge. Je tenais à le spécifier.

 Autres apports

Si je devais étoffer mon travail, il me parait évident que j’aborderais la mort chez
l’enfant car celle-ci peut engendrer des répercussions plus fortes envers le soignant. Je parlerais également de la prise en charge de la famille en post mortem car l’accompagnement d’un patient ne s’arrête pas à sa mort ; elle se poursuit avec sa famille. De plus, je parlerai de l’importance d’exprimer ses émotions afin de ne pas aboutir à un épuisement professionnel.

Prioritairement, la mort touche les personnes âgées mais les enfants peuvent également être touché. Lors de l’accompagnement, il faut laisser l’enfant aller vers l’adulte, il ne faut en aucun cas aller en avant des questions qu’il pourrait nous poser ; car pour nous soignant, cela nous permet de repérer ou l’enfant est rendu dans son processus de Deuil et de repérer les sentiments qu’il met en place afin de s’y adapter. En effet, nous devons répondre à ces questions au moment où il les poses ; nous devons aller au rythme de l’enfant, en lui disant les choses simplement, sans lui mentir. Mais la réponse du soignant dépendra de son rapport à la mort d’où l’importance de se questionner sur sa propre relation à la mort.

Accompagner une personne ne s’arrête pas à son décès ; elle se poursuit en post mortem auprès de la famille qui reste. Souvent, afin de se protéger de la mort, la famille anticipe la mort du patient. Il est donc nécessaire d’essayer de recadrer la famille sur l’instant présent pour que le patient et sa famille, puisse ensemble vivre le peu de temps qu’il reste. Le rôle du soignant est donc de tous mettre en œuvre pour que la famille, l’entourage et le patient lui-même se prépare à cette étape « accompagner la vie ». Une présence, une écoute, de l’attention, repérer les besoins perturbés du patient et les combler le mieux possible est primordiale. Un projet de soin individualisé est également indispensable au bien être physique, mental et social du patient.

Accompagner un patient mourant n’est pas simple et demande du temps et de la disponibilité. En tant que soignant, nous devons nous protéger lors de cette relation à l’autre, en mettant des mots sur ce que l’on ressent mais également se remettre en question sur la situation qui pose problème. Ne pas prendre en compte l’impact que nos émotions peuvent engendrer sur nous même ou l’entourage peut être néfaste. Les refoulés, reviendrai à nous détruire petit à petit sur le plan psychologique mais également physique qui emmènerai le soignant à un épuisement professionnel également nommé « burn-out ». Ces termes ont étés inventés par des soignants pour des soignants. D’après Pierre Canoui, il s’agit : « d’une expérience psychique douloureusement vécue par des personnes engagées dans un travail ayant pour but d'aider les gens. » C’est donc « une réponse a un stress émotionnel et physique chronique » Afin d’y remédier, il est nécessaire de travailler en équipe et de savoir passer la main lorsque certaine situation devienne trop difficile. En outre, divers techniques existe ; Mais en rapport avec le sujet de mon travail écrit, je ferais part de l’association J. A. L. M. A. L. V. (jusqu’à la mort, accompagner la vie) crée le 23 Juin 1983 à Grenoble. Elle contribue à l’amélioration de l’accompagnement des personnes en fin de vie là où elle se trouve. Elle contribue également à faire évoluer les attitudes face à la mort et elle soutient tant les personnes en fin de vie que leur famille et les soignants. Des accompagnants bénévoles offrent leur présence en adoptant une attitude d’écoute, de respect et de non jugement par le biais d’entretiens individuels ou de groupes de paroles et de soutient. A Nantes, cette association existe.

III Cheminement de la démarche

Pour construire mon travail, je suis parti de ce stage effectué en 2ème année, j’y ai repris la description de la situation ce qui m’a conduit à me poser diverses questions qui m’ont permises de construire ma question de départ. Ensuite, j’ai ressorti les mots clefs de ma question de départ ce qui m’a permis d’orienter mes recherches spécifiquement. Je suis donc allé me documenter, m’informer en lisant des articles, documents livres sur le sujet. Au départ, j’avais établi un plan qui s’est en fait révélé inutile. Par la suite, j’ai mené 3 entretiens avec 3 infirmières dans 3 services différents. Lors de mes rencontres avec Mme Provost j’ai pu exprimé mes doutes, et à l’aide de ses reformulations, j’ai compris ce que je cherchais ce qui m’a permis de me positionner en tant que futur professionnel.

 Difficultés rencontrés

Au départ, je suis plus parti dans l’exposé mais Mme Provost a sue me diriger et me faire avancer dans un travail de réflexion. Le nombre de pages étant limités, je ne pouvais pas tout traiter ; il m’a donc fallu sélectionner ce qui me paraissait nécessaire à la construction de ce travail. J’ai également eu beaucoup de difficultés à obtenir mon dernier entretien ; en effet, malgré mon courrier et les mails laissés, aucunes réponses ne m’ont étés retournés ; mais par le biais de Mme Provost, j’ai réussi à l’obtenir.

 Les aides rencontrées

Rencontres avec les professionnels lors de mes entretiens ; c’est un sujet qui m’intéresse et donc curieux de connaître l’opinion, l’expérience de ceux qui vivent au quotidien cet accompagnement vers la mort ainsi que leur ressentis. Les écrits sur l’accompagnement d’un patient mourant et sur les émotions sont nombreux ; je n’ai donc eu aucune difficulté à trouver des informations sur le sujet.



IV – Ouverture et positionnement professionnel

Parler de la situation aux Urgences avec le patient en état de choc à qui j’ai pris la main avant qu’il décède.

Le toucher est un moyen de faire passer ses émotions et souvent réconfort quand les mots et les soins ne suffisent plus. Pour moi, au début et à la fin de vie, le contact prime sur les mots ; les premiers sont plein d'espoirs donc plus faciles a réalisés mais ceux de la fin sont d'autant plus importants qu’ils sont les derniers et permettent d’apporter un réconfort et donc une fin plus apaisée. Par le toucher, des caresses sur la main par exemple on peut signifier un attachement à la personne, Lorsque le langage verbal n’est plus possible, c'est une présence. Une personne en fin de vie on l'accompagne jusqu’au bout, par le biais du touché, elle sait qu’on l'a entendu, qu’on la comprend elle peut se sentir rassurée. Je me suis donc posé cette question d’ouverture : En quoi le toucher, peut-il être rassurant lors de l’accompagnement des patients en fin de vie ?

En tant que futur professionnel, il sera important d’accomplir mon travail avec rigueur, détermination et motivation afin d’aboutir à une prise en charge optimum du patient que je soignerai, que j’accompagnerai. Pour cela, je devrai me remettre en question, connaître mes limites, exprimer mon ressenti, écouter l’expérience des autres professionnels, effectuer des formations spécifiques et collaborer avec une équipe pluridisciplinaire. Enfin, je considère l’accompagnement comme faisant partie intégrante de tout soin, permettant d’entrer en relation avec le patient quelque soit son âge, son sexe, son origine, sa religion, son niveau social, sa pathologie…

Je dirais que mon travail a permis de faire avancer ma réflexion et m’a permis de comprendre l’influence du comportement de la personne soignante sur le comportement de la personne soignée et de sa famille. Je perçois maintenant le rôle infirmier ainsi que son importance dans la prise en charge des patients mourants.


V - Conclusion

J’espère avoir approfondi mon thème de recherche et qu’il en ressort de la cohésion et une réelle implication. Cela dit, je suis conscient que rien n’aurait été possible sans l’aide de toutes les personnes qui m’ont assisté tout au long de ce travail.


Citation :
Erratum



 Les fautes d’orthographes et de frappes :

- Couverture et page de garde, ligne 1 : « … infirmiers… »
- Page 7, ligne 16 : « … que j’ai vécue… »
o ligne 24 : « … paru… »
o ligne 28 : « … a découlé… »
o ligne 29 : « … approfondi… »
- page 12, ligne 10 : « …permis… »
o ligne 13 : « …présentée… »
- page 14, ligne 3 : « … ma grille d’entretien à, quand à elle, permise… »
o dernière ligne : « …interrompu… »
- page 20, ligne 20 : « … évoluer… »
- page 26, ligne 19 : « … évoqué… »
- page 27, ligne 5 : « … professionnels soignants… »
- page 28, ligne 4 : « …ont-ils été… »
- page 30, ligne 9 : « … à ses semblables… »
- page 32, ligne 19 : « Ces deux façons… »
- page 35, ligne 12 : « … sur ses émotions et sur ses maux,… »

 Les fautes de styles :

- page 25, ligne 11 : « … l’approche de la mort est un soin pour lequel… » = «… l’approche de la mort est un soin face auquel… »
o ligne 9 : « …les émotions sont elles bénéfiques ? ou au contraire invalidantes ?... » = « … les émotions sont elles bénéfiques ou au contraire invalidantes… »
- page 26, ligne 19 : « Elles m’ont toutes évoqué… » = « Les infirmières que j’ai interviewé m’ont toutes évoqué… »
o ligne 25 : « En effet, … se fasse. » = « En effet, d’après mes lectures, j’ai pu expliqué précédemment qu’il était primordiale de prendre du temps avec le patient lors de la phase d’accompagnement. »
- page 33, ligne 8 : « Qu’est ce qui donne… famille ? » = « Q’est ce qui donne le droit à l’expérience de limiter l’impact des émotions qui peuvent submerger lors de l’accompagnement au patient mourant et sa famille ? »
page 35, ligne 5 : « … qu’il est nécessaire au soignant de savoir… dans sa vision de celle-ci… » = « … qu’il est nécessaire au soignant de savoir comment il se situe dans son rapport avec la mort… »


Voici le lien de mon TEFE: http://www.amazon.fr/Place-Emotions-Lors-Du-Soin/dp/6131532087/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1285160486&sr=1-1


Dernière édition par Manolo le Mer 22 Sep - 16:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://infirmier.forumzen.com
petit ange
Tissus
Tissus


Nombre de messages : 195
Date d'inscription : 10/02/2006

MessageSujet: Re: TEFE & Soutenance en Ligne   Jeu 1 Mai - 12:16

beau travail!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ba-7-ide
Cellules
Cellules


Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 30/10/2009

MessageSujet: Re: TEFE & Soutenance en Ligne   Sam 31 Oct - 0:44

merci pour le partage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TEFE & Soutenance en Ligne   Aujourd'hui à 20:22

Revenir en haut Aller en bas
 
TEFE & Soutenance en Ligne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Boutique végan en ligne ouverture en Avril
» Les équipages de 5 avions de ligne rapportent avoir vu des OVNIs (Mexique)
» 67eme de Ligne
» Natalie Portman sort sa propre ligne de chaussures vegans
» GROUPE DE PRIERE EN LIGNE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infirmier Forumzen :: T. E. F. E ...-
Sauter vers: