Infirmier Forumzen


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Notions de personne et de corps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Manolo
Admin
Admin


Nombre de messages : 718
Age : 36
Emploi : Infirmier de Nuit en Cardiologie
Date d'inscription : 08/02/2006

MessageSujet: Notions de personne et de corps   Mar 7 Avr - 6:05

Citation :
La notion de personne

La base se fait au départ sur les des évidences du sens commun, c’est à dire qu’un corps représente une personne et vice versa. La notion de personne est ensuite définit comme une construction sociale (et non innée) qui s’effectue dans le temps.

* La notion de MOI ou de personne en tant que construction sociale a fortement évoluée dans le temps :

> Dans la société ancienne :

les individus existent comme membre du clan ou membre de la société toute entière. Ce qui compte, c’est la dimension collective. Les individus au sens fort du terme n’existe pas, la lignée de la famille prime et la notion de réincarnation est très importante. Souvent, on est que la continuation de l’existence d’un ancêtre.

> Aujourd’hui :

cette façon de penser existe encore, notamment dans la transmission des prénoms.

Il y a 4 à 5 siècles, on ne se représentait pas l’enfant comme aujourd’hui (caractère, personnalité, etc.), c’est à dire avec une notion d’amour, un besoin d’éducation, dans la société ancienne, l’enfant n’était pas considéré en tant qu’individu.L’enfance comme aujourd’hui n’existait pas.Ceci était du au fait qu’à l’époque, la mortalité infantile était élevée, il n’existait pas de liens d’affection fort, les enfants étaient interchangeables (pas d’attachement).

Toujours dans les croyances anciennes, le fait de tuer une personne permettait de s’approprier cette personne. Le changement de statut social s’accompagne de changement de nom pour accompagner ce nouveau statut dans certaines sociétés.

Donc, la notion de personne n’a pas toujours existée.

- Comment s’est construite cette notion de personne ?

C’est dans la Rome antique que se construit cette notion. Dans l’antiquité romaine, le père pouvait tuer ses fils. Progressivement, cette règle se modifie et il y a la «naissance» d’un intérêt pour la personne, il existe des citoyens.
Toujours pour Mauss, le christianisme procure une âme à tous, libre ou esclave, c’est les bases de notre notion de personne.

Cependant, même aujourd’hui, cette notion évolue et il existe des débats sur la notion de lien entre le corps et la personne.

Par exemple :

- à partir de quand le fœtus existe il en qualité de personne ?

Il existe des débats pour savoir si d’autres civilisations que la notre sont considérées comme personne.

Citation :
La notion de Corps

Définition du corps :

le corps et ses limites physiques

Dans la société actuelle, la notion de corps est acquise, mais il existe des questions sur son interprétation.

- Ou commence le corps ?

Dans le cas des personnes siamoises, la notion de corps ne va pas de soi, il y a des débats médicaux et éthiques sur le fait de savoir lequel sacrifier.

- Quelle est la frontière entre le corps de la mère et le corps de l’enfant (à naître) ?
- Qu’est ce qui fait partie de notre corps : les poils, les cheveux font ils partis du corps ?


Oui, tant que ces éléments sont attachés au corps.

- A qui appartiennent les organes enlevés lors d’une opération de chirurgie ?

Ces questions sont toujours traitées de façon arbitraires et par jugement.
La loi de bioéthique de 1994 trace les limites du corps dans le cadre du prélèvement d’organes.

Il y a selon cette loi 2 catégories distinctes :

> Le corps humain,
> Les éléments et produits du corps humain
.

Parmi ces éléments du corps humain, il y en a qui possèdent un statut particulier, qui sont :

- Le sang,
- Les organes,
- La cornée
.

Les autres éléments (poils, cheveux, dents et ongles) sont classés dans une autre catégorie.

Cette loi donne aussi la réponse sur la question de savoir si les embryons ou fœtus sont séparés du corps de la mère. L’embryon et le fœtus n’a pas de représentation en tant que «corps juridique». Juridiquement pour qu’il y ait un corps, il faut que l’enfant soit née.

Toujours dans cette loi, on trouve tout ce qui concerne l’identité sexuelle d’un individu.

- Qu’est ce qui fait qu’on est homme ou femme ?

La réponse logique semble biologique, c’est à dire le sexe (organes génitaux), mais aussi psychologique et aussi son identité sociale (l’individu est il considéré comme homme ou femme).

Il peut exister une contradiction entre ces 3 éléments (biologique, psychologique et sociale), par exemple, on peut ne pas avoir de coïncidence entre une identité biologique et une identité sociale.

On peut avoir des modèles de comportements assez opposés, ainsi, Mme MEAD a observé les sociétés suivantes : Les Arapesh,Les Mundugumor,Les Chambuli

Elle constate ainsi des différences dans la frontière entre l’identité sociale et l’identité sexuelle.

Chez les Arapesh :
on n’apprend pas les mêmes choses en fonction de l’appareil génital. Les modèles de comportement sexuel sont symétriques aux nôtres, c’est à dire que les hommes doivent manifester des sentiments et les femmes une certaine fermeté.

Chez les Mundugumor et les Chambuli :
il n’existe pas de différence d’identité sociale entre homme et femme. On attend la même chose chez l’homme et la femme et les caractéristiques sont calquées sur celles des hommes. Il existe donc une identité biologique mais l’identité sociale est la même.

Chez les Chambuli:
la façon de fonctionner est calquée sur les caractéristiques biologiques des femmes.

La question suivante peut alors se poser :

- qu’est ce que sont les transsexuels ?

Il existe alors une contradiction entre identité sexuelle biologique et identité psychologique. Comment va t’on les «traiter» socialement et Juridiquement que cela soit:

- Sur le droit à changer d’identité sexuelle psychologiquement,
- Sur le droit à changer d’identité sexuelle biologiquement,
- Sur le droit à changer d’identité sexuelle socialement.


- Quel statut leur donner ?

ce qui compte, c’est l’identité sociale.

Citation :
Le corps comme marqueur social


* Apparence corporelle et technique du corps

La façon de se tenir peut montrer aux autres son appartenance sociale.
Mauss détermine la technique du corps comme la façon des hommes à se servir de leur corps, cette façon est façonnée par la société dans laquelle on vit.

La façon de se tenir debout dépend des sociétés ou de la place dans la société. La façon de se tenir dépend d’un apprentissage.

* Le rapport du corps dépend de la place sociale

Savoir si le corps est une ressource (une fin en soi) ou est-ce quelque chose qu’on soigne (qu’on entretient). Par exemple, dans le sport ou les concours de beauté, le corps est considéré comme une ressource qui permettrait aux personnes modestes d’atteindre une classe supérieure.

Cette notion de positionnement par rapport au corps (ressource ou instrument à soigner) peut entraîner ou expliquer les inégalités en question de santé.

Il existe un rapport entre le curatif (on va voir le médecin lorsqu’on est malade) et le préventif et le rapport au corps.

Les usages du corps sont différents en fonction de la catégorie sociale :

apparence du corps (taille, poids, …) : dans certains pays et en France, jusqu’au 19eme siècle, le bourgeois est gros, la beauté féminine est reliée à la rondeur. Le début du 20eme siècle voit l’apparition dans le milieu médical du poids idéal.

- Pourquoi les choses changent autour du poids ?

ce changement vient avec le développement des assurances vie ; les études statistiques montrent que les individus gros ont un risque de surmortalité. Ces différences en matière de poids sont reliées aux tranches sociales : les pauvres mangent des viandes grasses et économiques, les riches mangent plus de fruits et légumes car plus chers. L’argument économique vient en tête. Le deuxième argument est que l’on consomme les produits que l’on aime. Ainsi, chez les pauvres, le corps est considéré comme une ressource, il faut l’alimenter de façon riche et grasse.


Source: http://quesnel.stephan.free.fr/Index.htm

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://infirmier.forumzen.com
 
Notions de personne et de corps
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Corps, âme et esprit
» Polarité des mains
» Personne morale, corps moral, organisme moral selon le Pape
» corps sans âme
» Un corps peut t'il vivre sans ame?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infirmier Forumzen :: Modules Divers :: Sciences Humaines-
Sauter vers: